Les conseils d’une pro ! Elisabeth, Sage-femme à Londres, nous parle des contractions et du départ vers la maternité

photo cigogne.jpg

Bonjour Elisabeth,

Nous allons aujourd’hui parler des contractions et du départ à la maternité. Afin d’aborder le sujet avec précision, nous avons besoin de tes conseils!

Le départ vers la maternité est trop souvent une zone de flou… Attendre le plus possible à la maison ou partir vite à la maternité ? Dans quels cas réagir et quelles sont les règles dans les hôpitaux londoniens ?

Elisabeth nous éclaire et répond à nos questions !

Quand conseilles tu à tes patientes de partir vers la maternité? Quelle fréquence de contractions faut-il avoir ?

« Quand partir pour la maternité », une des questions les plus difficiles car il y autant de réponses que de femmes enceintes et de situations, donc la réponse la plus adéquate serait « cela dépend ! »

En effet, cela dépend entre autres du nombre d’enfants que vous avez déjà, de certains antécédents médicaux, s’il s’agit d’un travail spontané ou déclenché, si le travail est à terme ou prématuré, si votre grossesse a été sans complication ou non, si la poche des eaux est rompue ou non.

Disons que, comme dans la majorité des cas, vous êtes en bonne santé et que nous parlons d’un travail spontané à terme, poche des eaux intacte, que votre grossesse s’est déroulée sans aucun problème (et que vous n’attendez pas des jumeaux ou triplets !) :

  • S’il s’agit de votre premier enfant, alors la règle serait d’attendre à la maison le plus longtemps possible afin que les contractions se régularisent et s’intensifient au maximum. Pourquoi ? car les dernières études prouvent que c’est dans un environnement familier et confortable (=l’alcôve de la maison) que la production naturelle d’ocytocine est la plus importante mais aussi vous permet d’être plus mobile et active ce qui facilite la mise en travail et la descente du bébé dans le bassin.

Nous recommandons habituellement aux patientes d’attendre que les contractions soient très rapprochées, très intenses et régulières, toutes les 2-3 minutes, qu’elles durent 1 minute entière, et cela de façon constante pendant au moins 2h. A ce moment-là, nous conseillons de contacter la maternité (le triage ou le birth centre) pour les informer et surtout pour être conseillée : les sages-femmes sont disponibles 24/7 et prêtes à vous écouter et vous conseiller. Il m’arrive parfois de passer 15-30 minutes au téléphone avec une patiente pour d’abord faire une vraie analyse mais aussi pour l’écouter mais surtout entendre son souffle, les bruits qu’elle fait, si elle peut parler pendant les contractions etc.… afin de déterminer si c’est le bon moment pour venir. Très souvent, il est un peu trop tôt et on vous conseillera de patienter plus longtemps à la maison. En effet, la mise en travail spontané chez une nullipare peut prendre plus de 12h après le début des premières contractions, cela s’appelle la phase de latence !

  • S’il s’agit de votre 2eme, 3eme, 4eme enfant etc.… la, l’histoire est différente : Bonne nouvelle, dans la grande majorité des cas, votre travail sera bien plus rapide que pour votre premier enfant ! (Attention il existe toujours des exceptions) Nous conseillons aux patientes multipares de contacter la maternité lorsque les contractions sont régulières et rapprochées toutes les 5 min pendant 1-2h. Encore une fois, il est très important de toujours contacter la maternité : les sages-femmes pourront vous conseiller et vous aiguiller vers ou aller, s’il est temps de partir.

Et la perte des eaux dans tout ça, elle arrive quand ? Est-ce aussi un facteur de départ à la maternité ?

Très bonne question. La perte de la poche des eaux peut arriver à n’importe quel moment. Elle peut arriver pendant le travail ou avant le travail :

  • Vous pouvez perdre les eaux sans contraction et rien ne se passe
  • Vous pouvez perdre les eaux ce qui peut déclencher des contractions
  • Vous pouvez avoir des contractions et ensuite perdre les eaux

Dans tous les cas, si vous perdez du liquide amniotique en petite (fissuration) ou grande quantité ou même que vous n’êtes pas sûre que ce soit du liquide amniotique, il est très important de contacter de suite le triage ou le Birth centre qui vous indiquera la marche à suivre. 

Dans la plupart des cas, on vous invitera à vous présenter pour une consultation et vérifier que tout aille bien : pas de signes infectieux, que le bébé aille bien et que le liquide soit clair (incolore, rose ou citrin). Si tout est normal et que les contractions n’ont pas commencé, on vous conseillera fortement de retourner à la maison en attendant que celles-ci se déclenchent spontanément. C’est la même histoire avec l’ocytocine !

Si rien ne se passe dans les 12, 18 ou 24h (cela dépend des hôpitaux) on vous invitera à l’hôpital pour être hospitalisée et éventuellement commencer un déclenchement du travail +/- avec administration d’antibiotique pour prévenir une infection.

Si le liquide amniotique est vert (liquide teinté ou liquide méconial), s’il y a le moindre signe d’infection (fièvre, tachycardie etc.…) ou qu’il y a un doute sur le bien être fetal, on vous hospitalisera d’office pour monitorer le bébé, garder un œil sur vous, traiter une éventuelle infection et commencer un déclenchement du travail.
Quel comportement avoir à la maison afin de gérer le mieux possibles ses contractions ? Que conseilles-tu pour soulager les douleurs ?

Ce qui aide vraiment à gérer cette phase de latence c’est de s’occuper l’esprit : quand les contractions commencent juste, qu’elles sont irrégulières et espacées, nous conseillons de regarder un film, cuisiner, faire le ménage (ce n’est pas pour être sexiste !) n’importe quelle activité qui vous aidera à penser à autre chose et à ne pas « focusser » sur les contractions.

On conseille aussi d’aller marcher dans un parc, vous promener etc.… Vous pouvez aussi prendre une douche chaude ou bain lorsque les contractions deviennent plus intensesL’aromathérapie, l’hypnose, la sophrologie sont aussi de grandes aides si vous avez fait une préparation adéquate. Vous pouvez aussi demander à votre partenaire qu’il vous masse le dos pendant les contractions.

Avoir le soutien d’un ou plusieurs « birthing partner » est primordial dans ces moments si importants. Ceux-ci peuvent être votre mari, partenaire, votre mère, votre sœur ou meilleure copine…
Enfin, que faire si quelque chose d’anormal se produit ? (Perte de sang, perte de connaissance, vomissements…)

Il peut arriver que vous vomissez à cause des contractions, cela est désagréable mais dans la plupart des cas, c’est normal. Il arrive parfois aussi de perdre le « bouchon muqueux » = « the show » ou « mucous plug » en anglais, il s’agit d’une perte vaginale transparente, rouge ou marron venant du col de l’utérus lorsqu’il commence à s’ouvrir, c’est tout à fait anodin et peut arriver à n’importe quel moment en fin de grossesse et n’est pas prédictif d’un accouchement imminent.

En revanche,

  • Si vous perdez une quantité importante de sang ou des caillots,
  • Ou si vous sentez que votre bébé bouge moins que d’habitude ou pas du tout,
  • Ou si vous vous sentez mal, fiévreuse,
  • Ou que vous avez une forte douleur constante dans l’abdomen,

Contactez immédiatement l’hôpital.

Dans tous les cas, écoutez-vous, si vous sentez que quelque chose ne se passe pas comme il se devrait, si vous êtes anxieuse et avez besoin d’être rassurée contacter la maternité et mettez-vous en route, les sages-femmes sont là pour ça.

Pourquoi, une fois à l’hôpital, un retour à la maison peut être imposé ? Avons-nous le droit de refuser ?

Il arrive parfois qu’on vous recommande très fortement un retour à la maison pour la simple et bonne raison que vous n’êtes pas en travail. Cela concerne surtout les nulligestes. Malheureusement, les femmes enceintes et les professionnels de santé ont des définitions du travail très différentes !

Il faut savoir que pour une nullipare (1er enfant) la définition du travail spontané est la suivante : le col de l’utérus doit être dilaté à au moins 3-4cm ET la patiente doit avoir des contractions intenses, fréquentes et régulières, toutes les 2-3 minutes au moins. Or, parfois lorsque l’on rush au mauvais moment vers la maternité, les contractions ont tendance à s’espacer et se calmer : la fameuse ocytocine est contrecarrée par l’adrénaline produite par la mise en route vers l’hôpital : voyage en taxi, en voiture, environnement étranger et différent etc.…  

Ce qui peut ainsi conduire à la désagréable expérience de devoir rentrer chez soi après un examen à la maternité car la phase de travail actif n’a pas encore commencé : on appelle ça la phase de latence et malheureusement celle-ci peut durer des heures voire des jours et c’est tout à fait NORMAL. Vous pouvez évidemment refuser de partir, on vous proposera surement d’aller marcher dans l’hôpital afin de rester mobile pour faciliter la mise en travail spontané et éviter d’être confinée dans un lit.

Mais on pourra aussi vous proposer de vous hospitaliser en anténatal Ward ou vous devrez partager votre chambre et salle de bain avec 4 à 8 autres patientes, pas exactement un environnement intime, familier et confortable…. 

Cependant, cela ne doit pas être perçu comme un échec ou une perte de temps, il est parfois important et utile de faire un check up à la maternité : se rassurer que tout aille bien et se déroule dans la normalité, mais aussi se familiariser avec le lieu où l’on va donner naissance à un petit être humain dans les heures qui viennent, l’équipe etc.… Cela permet aussi au futur papa ou à votre partenaire de se familiariser avec le trajet, les bâtiments, les lieux etc.…

En résumé, si l’on vous recommande de rentrer à la maison c’est dans votre meilleur intérêt : être plus confortable, à l’aise dans votre chez-vous pour recommencer à produire notre fameuse ocytocine !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s